Il n'est pas bon que l'homme soit seul

"Je vais lui faire une aide face à lui". La création de la femme a-t-elle pour motif de servir l'Homme ? La femme ne fut pas créée pour rendre des services à l'homme. C'est aussi à elle que D.ieu faisait allusion lorsqu'Il dit : " Il n'est pas bon que ADAM soit seul."

Il nous est possible à présent d'expliquer un autre verset généralement mal compris par ceux qui ne possèdent pas les différentes clefs qui donnent accès aux secrets de la Torah.

Il est dit (Genèse 2/18) : D.ieu dit : " Il n'est pas bon que l'homme (ADAM) soit seul, Je vais lui faire une aide en face de lui." Généralement, ce verset est compris de la manière suivante : " L'homme ayant été créé, il avait besoin d'une aide, d'une sorte de serviteur qui lui faciliterait certaines tâches et le soulagerait dans ses problèmes et difficultés. C'est pourquoi la femme fut créée ! "

Cette lecture, totalement erronée et dépourvue de bon sens, a l'immense inconvénient de faire de l'homme le centre du monde et de la femme, sa servante. Elle devient l'éternel second qui n'existe que par rapport à autrui. L'homme, par contre, existe par lui-même et se suffit à lui-même.

Celui qui lit ce verset de la sorte oublie qu'auparavant il avait lu un autre verset qui lui révélait que l'homme, ADAM, était mâle et femelle (Genèse 1/27).
 La Torah nous a prévenus une fois pour toutes : ADAM ne se traduit pas par "homme", mais par "l'homme et la femme".

Or, dans notre verset (2/18), il est dit : " Il n'est pas bon que ADAM soit seul..." et non : " Il n'est pas bon que le mâle soit seul."


Ainsi, lorsque la Torah parle de la solitude d'ADAM, elle fait allusion à l'homme et à la femme. C'est l'homme et la femme qui étaient "seuls", et c'est pour remédier à cette solitude que D.ieu décida de "faire quelque chose ".


Une lecture tout à fait nouvelle, mais profondément juive, se dévoile devant nos yeux. La femme ne fut pas créée pour rendre des services à l'homme. C'est aussi à elle que D.ieu faisait allusion lorsqu'Il dit : " Il n'est pas bon que ADAM soit seul." !


Continuons à étudier ce verset. Il n'est pas dit : " Je vais faire la femme", mais " Je vais lui faire une aide en face de lui." Pour sortir l'homme et la femme de leur solitude, il fallait les aider. Pour cela, D.ieu les mit l'un en face de l'autre.


COMMENT SORTIR DE LA SOLITUDE ?


Écoutons ce que révèlent nos Maîtres dans le Midrash (Genèse 8/1) : " ADAM fut créé dès le départ mâle et femelle, mais ils se tournaient le dos. D.ieu les fit se tourner l'un vers l'autre, pour qu'ils se regardent en face." Tout comme la Torah, nos Maîtres utilisent souvent un langage codé qui nécessite des clefs pour être compris. Généralement, plus les enseignements qu'ils nous transmettent sont profonds, plus ils voilent leurs paroles.

La relation dos à dos, c'est le refus de voir en l'autre une autre partie de soi-même. Le face à face est la prise de conscience qu'ils ne forment qu'une seule personne.

Dans ce Midrash, nos Maîtres font allusion aux deux aspects de la relation entre l'homme et la femme. ADAM est composé de deux êtres, mâle et femelle, mais ils peuvent soit se tourner le dos, soit être face à face. La relation dos à dos, c'est le refus de voir en l'autre une autre partie de soi-même. Le face à face est la prise de conscience qu'ils ne forment qu'une seule personne.

Lorsqu'ils se tournent le dos, chacun se considère comme une réalité en soi, qui se suffit à elle-même. Chacun sait que l'autre existe, mais il reste "l'autre".

Dans une telle relation disparaît la notion d'ADAM. Il ne reste plus que l'homme et la femme, deux êtres qui se côtoient, qui s'ajoutent l'un à l'autre et qui, au mieux, se complètent, tels des animaux que la nature pousse l'un vers l'autre mais qui restent seuls.

C'est cela la solitude de l'homme et de la femme. Même s'ils vivent l'un avec l'autre, ils se sentent dramatiquement seuls. C'est ce que nous dit la Torah dans le verset " Il n'est pas bon que ADAM soit seul ", c'est-à-dire : il ne faut pas que l'homme et la femme se sentent seuls puisqu'ils doivent vivre l'un avec l'autre. Ils doivent cesser de se tourner le dos, avoir le courage de se regarder face à face.


La Torah ouvre les yeux de l'homme et lui montre que la femme n'est qu'une autre partie de lui-même. C'est ainsi qu'ils parviennent à sortir de leur solitude.
 Pour cela, la Torah dit : " Je vais lui faire une aide en face de lui." C'est-à-dire, apprenons à l'homme et à la femme à se regarder. Révélons-leur qu'ils ne sont qu'une seule et même personne. Alors, ils peuvent s'arracher à leur solitude. Car ce n'est plus la nature qui les pousse l'un vers l'autre, mais le besoin profond de se parfaire.

Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER

La Torah nous révèle le principe fondamental sur lequel repose toute la relation entre l'homme et la femme : ADAM a été créé selon la forme qui lui avait été préparée, c'est-à-dire mâle et femelle. La Torah ouvre les yeux de l'homme et lui montre que la femme n'est qu'une autre partie de lui-même. C'est ainsi qu'ils parviennent à sortir de leur solitude.
 Mais, lorsqu'il s'éloigne de la Torah et retombe au niveau de la nature, il oublie le secret de son être et sombre dans la solitude.

La Torah désire élever la femme à sa véritable dimension. A ce niveau, elle n'est plus la simple compagne, celle qui aide l'homme et le seconde. Elle fait partie intégrante de l'être parfait, celui que la Torah appelle ADAM.


Relisons à présent, sans le déformer, le verset de la Torah : " Il n'est pas bon que l'homme et la femme se sentent seuls, il faut pour les arracher à cette solitude qu'ils soient l'un en face de l'autre."


C'est précisément ce que dit le verset "Ezer Kenegdo" : une aide en face de lui. (Kenegdo signifie en face, ainsi qu'il est dit dans un autre verset des Psaumes : "J'ai placé D.ieu sans cesse en face de moi ").


Rav Haïm DYNOVISZ - source Lamed.fr

© TOV ALLIANCE 2018 Tous droits réservés 

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter

Besoin d'aide à définir vos objectifs amoureux et à trouver ce qui vous empêche de les réaliser? Contactez Rebecca dès aujourd'hui (cliquez ici)

Commentaires