Pourquoi l'homme n'est pas supérieur à la femme?

Mon coup de cœur cette semaine - cet article du Rav Haim Dynovisz, qui tombe à pic et parle d'un sujet brulant d'actualité. Je vous laisse le soins de le découvrir. Allez hop, bonne lecture et n'oubliez pas de le partager sans modération. Rebecca

La perfection humaine dépend de notre capacité à comprendre et admettre que notre monde est en fait minuscule comme le trou d'une aiguille. Nous comprenons à présent pourquoi l'homme est le Tselem, la connaissance, et la femme le Dimion, l'imagination. L'homme étant étroitement lié au monde actuel qui est dévoilé et que l'on peut voir et comprendre, il possède la qualité, l'outil, qui lui permet d'atteindre la connaissance de ce monde.

C'est pourquoi sa force essentielle est le Tselem, c'est-à-dire la capacité de conquérir, dominer et comprendre ce monde. Ainsi, nos Maîtres ont affirmé (Talmud Kidouchim): " C'est l'homme qui doit conquérir ce monde et non la femme." La femme, au contraire, dont la nature profonde est celle du monde à venir, monde caché sur lequel nous n'avons aucune prise, possède plus que l'homme l'intuition et l'imagination.

Le monde à venir étant voilé, il est impossible de le connaître et le conquérir. Nous ne pouvons que le deviner et l'imaginer. L'homme et la femme possèdent chacun l'outil indispensable à la découverte du monde qui est le sien. L'homme évolue dans un monde visible et concret; pour cela, il utilise le pouvoir de la connaissance. La femme, elle, est dotée d'une intuition puissante qui, telle une lumière, éclaire la nuit de ce monde pour nous indiquer la direction du monde à venir.

Abonnez-vous gratuitement à notre NEWSLETTER  

C'est précisément la capacité de l'homme à conquérir ce monde qui nous indique les limites de sa grandeur et révèle l'extraordinaire dimension de la femme. Nous comprenons pourquoi la grande majorité des hommes qui n'ont pas compris ce secret se sentent supérieurs à la femme. En effet, aujourd'hui, ce qui semble essentiel est ce monde-ci. Or, face à ce monde, l'homme a beaucoup plus de "facilité" et de "pouvoir" que la femme. Aussi, l'homme en conclut trop rapidement qu'il est plus capable que la femme.


Mais c'est précisément sa capacité à conquérir ce monde qui nous indique les limites de sa grandeur et révèle l'extraordinaire dimension de la femme. Si aujourd'hui, elle a moins de "pouvoir" que lui, c'est justement parce que sa véritable dimension est encore voilée et n'apparaîtra dans toute sa puissance que dans le monde à venir, monde infiniment supérieur à notre monde actuel. La force qu'elle possède, si elle n'est pas capable de lui donner un pouvoir véritable aujourd'hui, est précisément celle qui l'élèvera au-dessus de l'homme dans le monde à venir.

Ce secret, nos Maîtres nous l'ont révélé. Ils affirment :" Plus grande est la promesse faite à la femme (par D.ieu) que celle faite à l'homme." (Talmud Bera'hot). Une fois de plus, il nous faut relire le verset cité plus haut: " Il n'est pas bon que l'homme et la femme soient seuls. Aidons-les en les mettant l'un en face de l'autre..." Lorsque l'homme tourne le dos à l'intuition véritable et ne croit que ce qu'il voit, lorsqu'il rend un culte à la connaissance et considère l'intuition suspecte et accessoire, alors il sombre dans la solitude et s'éloigne du bonheur véritable. Lorsqu'au contraire il laisse son intuition lui faire sentir et imaginer que la réalité est bien plus grande que ce que ses yeux perçoivent, lorsqu'il ne lui tourne plus le dos et accepte de lui faire confiance, alors il parvient à goûter au bonheur du monde dans lequel connaissance et intuition se regardent face à face. Il se retrouve alors aux Portes du monde à venir et comprend qu'en redécouvrant la femme, c'est le Créateur Lui-même qu'il dévoile.


La vraie révolution 

L'homme véritable est essentiellement un révolutionnaire. Sa révolution est celle de la vérité. ADAM a été créé afin de chasser le mensonge et dévoiler la vérité. Pour cela, il doit opérer un véritable renversement des valeurs au sein même de la création. L'homme véritable est essentiellement un révolutionnaire. Sa révolution est celle de la vérité. Le Talmud nous raconte une histoire étrange. "Un jeune homme malade resta longtemps dans le coma, mais retrouva sa conscience. Son père lui demanda ce qu'il avait "vu". Il répondit avec effroi: " J'ai vu un monde à l'envers. Là-bas, tout est renversé. Ce qui ici est en bas, se retrouve en haut. Ce qui ici est en haut, se retrouve en bas." Son père lui dit: "Non, mon fils, ce n'est pas un monde à l'envers que tu as vu, mais un monde où tout est remis à sa place...". La réalité tout entière ne nous dévoile pour l'instant que l'une de ses deux forces.


La racine de toutes les fautes humaines est notre tendance à donner plus d'importance à ce qui se voit qu'à ce qui est encore caché et voilé. Ceci ne porterait pas à conséquence si la réalité dans son ensemble acceptait cette échelle de valeur. Or, la création est ainsi faite que nos sens n'ont accès qu'à une infime partie de l'existence et que ce qui nous est caché est bien plus grand et important que ce que nous voyons. Aussi nous établissons une échelle de valeur qui se fonde sur une appréciation totalement erronée de la réalité.

Il est impossible de faire passer un éléphant par le trou d'une aiguille.

Lorsque nous aurons accès à toute la réalité, nous nous apercevrons alors que ce qui était caché aujourd'hui ne pouvait se dévoiler à cause de l'étroitesse et de la petitesse du monde actuel. Nos Maîtres expliquent cela ironiquement, en disant: " Il est impossible de faire passer un éléphant par le trou d'une aiguille." Le monde à venir est tel un éléphant qui ne peut se dévoiler à l'intérieur de ce monde-ci, lui, étroit comme le trou d'une aiguille. Cette notion est l'arme avec laquelle l'homme peut mener à bien la révolution qu'il doit accomplir. Savoir, comprendre, proclamer, qu'une nouvelle échelle de valeur doit naître, fondée sur une véritable compréhension de l'existence qui englobe la réalité tout entière.

Besoin d'un coach pour vous aider à mieux cibler vos rencontres? Contactez-nous dès aujourd'hui  

Dans le monde où tout est remis à sa place, plus une chose était puissante ici et moins elle le sera alors. Ne peut passer par le trou d'une aiguille que ce qui est minuscule et insignifiant. Tant que l'homme continuera à refuser d'imaginer autre chose que ce "trou d'aiguille", il continuera consciemment ou non à se sentir supérieur à la femme. Nos Maîtres, en parlant du retour final de l'humanité vers la vérité, enseignent: " D.ieu dit aux hommes: " Ouvrez-Moi une porte minuscule comme le trou d'une aiguille et Moi, Je vous ouvrirai une porte immense."

 Rebecca vous reçoit du lundi au jeudi de 13h-19h30


Nos Maîtres révèlent ici ce que nous avons enseigné. La perfection humaine dépend de notre capacité à comprendre et admettre que notre monde est en fait minuscule comme le trou d'une aiguille. Lorsque nous cesserons d'être impressionnés par les "puissances" et les "forces" de ce monde, alors se dévoilera devant nous la véritable dimension humaine dans toute sa grandeur et sa lumière. La clef pour ouvrir cette "porte immense" est la femme. Si nous comprenons aujourd'hui que son "absence de pouvoir" est le signe même de son infinie puissance, alors nous parviendrons avec et grâce à elle à nous sortir de ce "trou d'aiguille". 

L'un des sens de la circoncision

En s'unissant à la femme, l'homme ouvre la porte d'un monde nouveau. Dans leur langage, propre à celui de la Sagesse, nos Maîtres nous ont une fois de plus transmis cet enseignement capital. Dans le Talmud, ils comparent la première relation entre un homme et une femme vierge à l'acte d'ouvrir une porte. La femme est une "porte fermée" qui ne "s'ouvre" que lorsque l'homme s'unit à elle. En s'unissant à la femme, l'homme ouvre la porte d'un monde nouveau. Ce monde, tout comme cette porte, est caché à l'intérieur même de la femme. Mais dès les premières pages, la Torah nous met en garde: " La faute se tient à la porte " (Genèse 4/7). 

C'est à l'entrée de cette porte que l'homme peut soit découvrir la face cachée de l'existence, soit sombrer dans la recherche orgueilleuse et égoïste de lui-même. C'est au niveau de cette porte que se décide tout l'avenir du genre humain: construire le monde à venir ou s'enfermer plus encore dans l'étroitesse d'un monde replié sur lui-même. S'ouvrir toujours davantage ou s'enfermer sans cesse plus profondément sont les deux options fondamentales qui nous permettent de comprendre le secret de la circoncision. Avant la brith-milah (circoncision), l'extrémité du membre est recouverte, enfermée à l'intérieur d'une peau. L'homme juif a le devoir de "s'ouvrir", d'arracher tous les voiles qui l'empêchent de voir en la femme la porte du monde à venir.

L'incirconcis, même lorsqu'il ouvre la "porte", c'est-à-dire lorsqu'il s'unit à sa femme, est incapable de voir cet autre monde qui se dévoile alors. Comme ce membre voilé et enfermé à l'intérieur de sa peau, sa conscience reste enfermée et prisonnière, incapable de voir et sentir autre chose que l'éphémère plaisir du moment. Après chaque relation, il s'enferme davantage, rajoutant voile après voile sur sa conscience prisonnière. L'homme juif, au contraire, sait qu'une porte immense va s'ouvrir. Il devine qu'à l'intérieur même de la femme se dissimule le secret de l'existence. Aussi, il se prépare, il s'ouvre lui aussi en arrachant la peau qui enferme son membre. Pour lui, " la faute ne se tient plus à la porte." Chaque relation est libératrice car il s'ouvre sans cesse davantage sur le monde à venir. Le premier commandement de la Torah est de se marier. L'union entre l'homme et la femme est la première étape de ce long chemin qui mène au monde à venir.



Cet essai est tiré du livre - Le Vrai Visage de la Femme Juive.


Rabbin H. DYNOVISZ - source Lamed.fr

Commentaires