Homme / Femme - une vision Juive sur les différents de genres

 Crédit photo © TOV ALLIANCE 
La vision juive de la féminité ne peut être dépeinte de manière claire et précise qu'en se référant au commencement : la Torah. Au chapitre premier de la Genèse, la Torah a choisi de se référer à Adam au pluriel : " D.ieu créa l'homme à Son image ; c'est à l'image de D.ieu qu'Il le créa . Mâle et femelle il les créa. Et D.ieu les bénit " (Genèse 1 :27 - 28) Pourquoi " les"?

C'était avant la création d’Ève ! La tradition juive orale nous fournit une explication fascinante sur cette singularité grammaticale. Le premier humain, nous raconte-t-elle, était en fait un être androgyne, mâle et femelle en un seul corps, à double face, sophistiqué et auto-suffisant.

Mais si D.ieu avait créé un être humain aussi complet, pourquoi cette séparation en deux parties, Adam et Ève, se fit-elle attendre? La réponse qui nous est apportée est que D.ieu ne voulait pas que cette première création humaine demeure solitaire. De cette manière, il s'agirait là d'une illusion de l'auto-suffisance. Notons qu'il n'existe pas de mot pour désigner " l'indépendance " en hébreu classique. (ce que nous utilisons à présent, atzma'ut, est un cru moderne.) 

Le concept d'indépendance n'existe pas dans la tradition juive. Hormis D.ieu , rien ni personne n'est véritablement indépendant. Puisque que nous sommes supposés vivre avec cet axiome que D.ieu est source de tout, l'auto-suffisance aurait du être un défaut spirituel. Le fait que le premier être humain ait été créé androgyne nous éclaire sur la nature des relations homme-femme.

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter

Il est temps de prendre votre vie en main (cliquez ici)

D.ieu voulait façonner l'être humain selon deux personnes séparées dans le but de créer une situation saine de dépendance, d'aspiration et de don mutuel. Les êtres humains ne sont pas conçus pour être seuls parce qu'ainsi ils n'auraient personne à qui donner, personne avec qui se développer et aucun objectif à atteindre. Pour éclaircir les esprits de chacun, un être humain ne peut être seul. 

Et pourquoi pas des jumeaux identiques ?


Pour être un vrai donneur, la personne doit prendre en compte ce dont le receveur a besoin et pas seulement ce qu'elle veut. Mais pourquoi, alors, D.ieu n'a pas créé deux êtres identiques ? Afin que le don soit inépuisable et constructif, le receveur doit être différent du donneur. Si les deux sont identiques, le don peut se produire mais il reste limité. Si un homme ou une femme donnait selon ses propres besoins, le receveur qui aurait exactement les mêmes besoins n'y trouverait qu'un échange à sens unique. Pour être un vrai donneur, la personne doit prendre en compte ce dont le receveur a besoin et pas seulement ce qu'elle veut. En donnant à quelqu'un avec différents besoins de soi, une personne a appris à penser que le don existe que si elle prend en considération les attentes de l'autre.

Nous voyons alors que cette séparation doit se produire en deux êtres différents, dans le but d'apprendre à apprécier, à aimer, à donner et à s'inquiéter pour ceux qui sont différents de soi.Ceci est fondamental pour le développement de toute morale et spiritualité. Nous pouvons également comprendre pourquoi D.ieu n'a pas simplement créé deux êtres dès le début : en commençant par un, nous pouvons comprendre et ressentir que nos partenaires de la vie sont nos vrais compléments, que nous avons besoin d'eux et de leurs différences ainsi qu'ils ont besoin de nous et des nôtres. 

Différences du genre humain

La Torah est une voie d'accès à la remise en question de l'être, au développement spirituel. Nous avons vu que pour se développer, une personne ne peut être seule. Par conséquent, deux êtres humains furent créés. Les êtres ont besoin d'êtres différents pour se développer et proliférer, ainsi hommes et femmes furent créés en deux    êtres différents. Mais quelles sont ces différences ?

Dans l'histoire de la création dans le livre de la Genèse, la façon dont D.ieu sépare l'homme et la femme nous donne un regard intérieur sur les différences de genre humain. Nous discuterons brièvement ici de ce qui est le plus puissant dans cet aspect. Notons que dans le langage courant, les mots " féminin / masculin " dont nous allons discuter ne s'emploient pas exactement de la même manière pour chaque homme et femme ; nous fûmes tous créés en tant qu'individu unique. Cependant, ce que la Torah décrit existe pour chacun à un certain degré. D.ieu étant à la source de chaque chose, l'autarcie aurait été un échec spirituel.
Ce qui est assez intéressant, c'est qu'Adam n'a pas été fractionné vers le bas-centre ; mieux encore, Eve fut créée à partir d'un organe interne : une nervure. En mentionnant une nervure, la Torah nous enseigne un principe de l'entendement des forces de la nature masculine et féminine, à savoir que les force et manifestation féminines sont plus internes, tandis que le foyer et les expressions masculines sont plus externes.

La nature féminine interne peut être observée dans la place prépondérante que tient la femme dans les relations, qui sont par définition personnelles et privées. La psychologie moderne confirme cette distinction clé. Le Best-Seller " Les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus " du Dr. John GRAY, défend l'idée que les femmes sont davantage basées sur le relationnel que les hommes.

L'accent sur ce côté interne a eu énormément de conséquences sur la pratique religieuse. Tandis que pour la majeure partie le judaïsme s'applique aussi bien pour les hommes que pour les femmes, incluant l'idée centrale de célébrer le Chabbat et d'observer la Cacherout, tous les commandements ne s'appliquant pas tous de la même manière. L 'idée de l'accomplissement spirituel et du bonheur dans la Torah s'applique différemment pour les deux genres.
Par exemple, les femmes qui sont plus internes -au sens " personnelles " du terme - trouveront toujours une connexion directe avec D.ieu plus efficacement grâce à leurs propres prières. Ainsi, le judaïsme les encourage à exprimer cela à travers des prières personnelles quotidiennement, bien qu'évidemment elles peuvent prier à la synagogue si elles le préfèrent. 

Les hommes sont plus externes ( le monde dans son ensemble nous le prouve, aussi en cela, les hommes sont plus enclins à se répartir en groupe ou en équipe) C'est une partie de la facette spirituelle masculine et ceci explique pourquoi l'accès au spirituel est plus relié à la prière publique.
Adam ne fut pas divisé en deux, par contre Eve fut créée à partir d'un organe interne d'Adam, une de ses côtes. Les hommes tendent à avoir ce qu'on appelle da'at, la compréhension qui vient de l'extérieur, une sorte de compréhension qui tend à être plus reliée aux faits et apparences.

La société perd d'énormes capitaux lorsque seulement un de ces aspects intellectuels est évalué. Voir et observer les choses à partir d'une double perspective, comme si l'on possédait un œil d'homme et l'autre d'une femme nous offre un regard sur la vie plus complet et nous aide à mieux la comprendre.
Ajoutons que la science moderne soutient le conflit ancestral du judaïsme en ce que l'esprit des hommes et celui des femmes fonctionnent différemment.

Par exemple, les recherches de Ralph Holloway et Christine de Lacoste-Utamsing, Janette McGlone, et Doreen Kimura (se référer à " Féminisme et Judaïsme " de M.. Kaufman pour un résumé clair et accessible) ont prouvé, au-delà des doutes, que le cerveau de l'homme et celui de la femme sont assez différents physiologiquement. Ce qui n'est pas vraiment surprenant, c'est que les sociologues se penchent de plus en plus sur la physiologie comme étant source de différents comportements et de différentes manières de penser, aussi bien qu'un facteur déterminant dans les centres d'intérêt.
Les hommes ont plus de daat, une compréhension qui vient de l'extérieur. Les deux sexes étant radicalement différents, il serait contre nature de les forcer à se comporter de façon identique.
D.ieu , dans Son infinie sagesse, a créé les êtres humains en deux genres distincts pour les rendre capables de se compléter et de constituer une osmose. Chaque genre devrait apprécier et utiliser ses forces considérées comme spéciales. Puisque les genres sont différents, ce serait contre - productif de les forcer à se comporter de façon identique - Ce qui aide un homme n'aide pas nécessairement une femme et vice versa.

Le magnifique poème du Roi Salomon Echet 'Haïl, " La femme vertueuse ", décrit tous les différents rôles que la femme joue, à savoir l'enseignante, la femme d'affaires, la mère, l'épouse, mais toutes ces fonctions, en tant que femme dans toute sa splendeur.

Lorsqu'on demande à une femme ce qu'elle fait dans la vie, elle dit souvent ce qu'elle fait professionnellement. Mais la vérité est que nous ne sommes pas simplement des docteurs, des ingénieurs, des secrétaires ou des éducatrices. Nous sommes des êtres humains en constante recherche d'un but spécifique ; essayer d'atteindre notre potentiel unique : nous réaliser en tant que femmes.

En lui procurant les outils nécessaires pour avancer moralement et spirituellement et en réunissant toutes ses forces, la Torah libère la femme pour la faire devenir  elle-même avec son amour propre et sa joie et cela sans aucune excuse. 

Tsipporah HELLER 
© TOV ALLIANCE 2018 Tous droits réservés 

Commentaires